Film Marocain Hob wa ghadab (Amour et colère) الفيلم المغربي حب وغضب

Les faits «Amour et colère», le dernier téléfilm du réalisateur marocain Abdeslam Kelaï, produit par 2M, a été projeté en avant-première jeudi dernier à l’hôtel Royal Mansour de Casablanca en présence de l’équipe du film, des critiques de cinéma et de la presse. L’opus, réalisé a été également diffusé, hier, sur la chaîne de 2M à 22 h 30.
Décryptage «Amour et colère», tourné à Larache, ville natale du réalisateur, raconte l’histoire de deux frères jumeaux, unis par l’amour et la fraternité, mais dont la vision et le parcours de vie sont totalement distincts. Le premier, Youssef, est un militant de gauche, qui tombe amoureux d´une jolie femme, Houda. Leur histoire d’amour s’achève tôt après l’incarcération de celui-ci. Houda, enceinte, se voit chassée de son foyer familial. Le second, Youness, marin, décide de l´épouser pour la sauver de ce triste sort. Commencent alors des bouleversements, des rebondissements et une série de mésaventures

«Amour et colère» est le titre du téléfilm du réalisateur Abdeslam Kelaï qui rassemble une poignée d’acteurs : Said Bey, Omar Lotfi, Souad Saber, Chaïmaa Benâacha, Amine Ennaji, entre autres.
Le film relate l’histoire de deux frères jumeaux Youness (Said Bey) et Youssef (Omar Lotfi) étudiants. Après le décès de leur père marin, Lalla Zahra, désormais veuve, se voit obligée de travailler pour assurer les besoins de ses deux enfants. Face à cette situation, Youness décide d’abandonner ses études pour prendre en charge sa famille et devient marin, comme le fut son père. Il rêve de devenir aussi l’homme le plus fort du port de Larache, la ville où il vit avec sa famille. Son frère, lui, poursuit ses études et témoigne d’un parcours universitaire sans faute. Au fil du temps, il s’imprègne de la pensée de gauche, très répandu au milieu des années 80, et devient dès lors un fervent militant.

Entre temps, il rencontre la belle Houda et entame avec elle une histoire d’amour qui va vite prendre fin suite à l’arrestation de Younes.
Ce dernier purge une peine de vingt ans de prison ferme. Houda se trouve dans de très mauvais draps : enceinte et chassée du foyer familial. Dans ces circonstances hasardeuses, Younes décide de se marier à Houda pour l’épargner du déshonneur. Mais celle-ci décide de se débarrasser du bébé. Chose qui va mettre fin à leur mariage. D’où le choix du titre de ce film : «Amour et colère». «Le film relate les deux sentiments. Il y a autant d’amour et de tolérance dans le film que de haine, de colère et de violence», explique Abdeslam Kelaï, réalisateur et co-scénariste du film.

L’histoire s’inspire du milieu sociopolitique du Maroc des années 80 et 90 avec un goût nostalgique et poétique prononcé. Cela ne veut pas dire qu´il s´agit de s´éloigner de l’engagement du cinéma réaliste, un genre cher à Abdeslam Kelaï, depuis le départ, mais de définir une approche adaptée à chacune de ces réalités. C’est un désir dont le film veut se faire le complice attentif. «J´avais beaucoup d’amis à Larache, qui, militants jusqu’aux chevilles, défendent les principes dans la pensée gauchiste et se trouvent en fin de compte derrière les barreaux. Et je connaissais aussi des marins et des pêcheurs et leur mode de vie, voire de pensée». En effet, «Amour et colère», aborde plusieurs thèmes à la fois : la fraternité, la solidarité, l’amour, la haine, la violence, les rapports humains, la notion de la famille, entre autres.

Côtés esthétique et technique, ce drame social d’une heure et demi est un de ces films qui derrière une apparente austérité brillent et éblouissent. Avec de belles images, un bon casting et un scénario ancré dans la culture populaire, le téléfilm a réussi son pari de refléter la réalité sociopolitique du Maroc des «années de plomb». Son réalisateur, lui, ne se perd pas dans des considérations inutiles, mais va droit au but. «La plupart des acteurs ont déjà joué avec moi, dans mes précédents films. Nous avons tourné dans une ambiance bon enfant même si le deadline fixé par la chaîne de télévision, productrice du film, ne nous a pas été favorable.

En raison du cahier des charges de celle-ci, nous n’étions informés qu’en fin du mois de mars. Et nous avons pu, au bout de trois mois chrono, réaliser ce travail. C’est grâce aussi à l’esprit de coopération chez toute l’équipe du film», se rappelle Abdeslam Kelaï. Côté langage, le téléfilm privilégie le dialecte marocain.
En témoignent les dialogues qui restent une des clés de succès de ce téléfilm et font toute sa force.

Le metteur en scène est aussi un auteur :

Abdeslam Kelai est né en 1969 à Larache au Maroc. Lauréat de l´Institut national d´action sociale, il est diplômé en informatique de gestion, et en réalisation cinéma. Il a travaillé dans le domaine social et humanitaire. Auteur et metteur en scène de deux pièces de théâtre, il a écrit deux courts métrages, «Le Journal d´Amal» et «La Mort des fleurs».
Il écrit ensuite plusieurs épisodes de deux séries produites par Ali’n’ Production et la télévision marocaine 2M, «Approche que je te dise» et «La Famille Boundif». Pour le cinéma, il a écrit trois longs métrages de fiction, dont «Les Vagues de la colère», prochainement réalisé par Abdelhay Laraki, et quatre courts métrages en cours de production.

Film : hob wa ghadab , 7ob wa ghadab , houb oua radab.

Acteurs : omar lotfi , chaimae ben acha , amine ennaji , souad saber .

Réalisateur : Abdessalam kelai

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

000-017   000-080   000-089   000-104   000-105   000-106   070-461   100-101   100-105  , 100-105  , 101   101-400   102-400   1V0-601   1Y0-201   1Z0-051   1Z0-060   1Z0-061   1Z0-144   1z0-434   1Z0-803   1Z0-804   1z0-808   200-101   200-120   200-125  , 200-125  , 200-310   200-355   210-060   210-065   210-260   220-801   220-802   220-901   220-902   2V0-620   2V0-621   2V0-621D   300-070   300-075   300-101   300-115   300-135   3002   300-206   300-208   300-209   300-320   350-001   350-018   350-029   350-030   350-050   350-060   350-080   352-001   400-051   400-101   400-201   500-260   640-692   640-911   640-916   642-732   642-999   700-501   70-177   70-178   70-243   70-246   70-270   70-346   70-347   70-410   70-411   70-412   70-413   70-417   70-461   70-462   70-463   70-480   70-483   70-486   70-487   70-488   70-532   70-533   70-534   70-980   74-678   810-403   9A0-385   9L0-012   9L0-066   ADM-201   AWS-SYSOPS   C_TFIN52_66   c2010-652   c2010-657   CAP   CAS-002   CCA-500   CISM   CISSP   CRISC   EX200   EX300   HP0-S42   ICBB   ICGB   ITILFND   JK0-022   JN0-102   JN0-360   LX0-103   LX0-104   M70-101   MB2-704   MB2-707   MB5-705   MB6-703   N10-006   NS0-157   NSE4   OG0-091   OG0-093   PEGACPBA71V1   PMP   PR000041   SSCP   SY0-401   VCP550